meilleurs-bars-philadelphie

Où boire un verre à Philadelphie ? Les 10 meilleurs bars

Vous ne savez pas où boire un verre à Philadelphie ? Vous cherchez les meilleurs bars pour étancher votre soif ? Suivez le guide. Par Johanna et Fabien

lire plus

Fiume

À la fois speakeasy et bar de quartier, Fiume est un endroit unique et très confortable situé au-dessus du restaurant éthiopien Abyssinia de West Philly. (Nous vous donnons un conseil : passez par la porte latérale et dirigez-vous vers les toilettes).

En entrant dans ce petit espace, vous ne trouverez que six tabourets de bar, une poignée de tables en formica et des caisses de bière empilées contre un mur. Malgré sa taille, l’établissement propose une liste impressionnante de whiskeys américains et internationaux, dont beaucoup peuvent être dégustés à prix réduit pendant l’happy hour quotidienne, ainsi qu’une gamme unique de bières et de cocktails artisanaux.

Il n’y a pas de cuisine au Fiume, mais les clients peuvent commander le menu éthiopien de l’Abyssinia et se faire livrer leurs plats à l’étage. Ne manquez pas le Doro Wat, un poulet épicé lentement immergé dans une sauce berbère et servi avec un œuf dur. Et n’oubliez pas votre porte-monnaie : Fiume ne fonctionne qu’en espèces.

Site, reservation et itinéraire : plus d’infos

McGillin’s Olde Ale House

La plus ancienne taverne en activité continue de Philadelphie, McGillin’s est une institution familiale : Au cours de ses 158 ans d’histoire, le bar n’a appartenu qu’à deux familles (les McGillin, qui ont élevé leurs 13 enfants à l’étage, et les Spaniak/Mullins, qui le dirigent encore aujourd’hui).

Ouvert en 1860, l’année où Lincoln a été élu président ( !), McGillin’s a survécu à la guerre civile, à la Grande Dépression et même à la Prohibition. Attendez-vous à un menu de bar principalement centré sur la bière, avec plus de 30 variétés en fût.

Pour les libations les plus authentiques, essayez l’une des trois bières maison, toutes fabriquées par la société Stoudts Brewing basée à P.A. : la McGillin’s Real Lager, la McGillin’s Ale et la McGillin’s 1860 IPA, créée en l’honneur du 150e anniversaire du bar, en 2010.

L’héritage historique et l’ambiance de pub classique attirent tous les types de clients, des étudiants qui évitent la bibliothèque aux jeunes professionnels qui prennent des bières après le travail, en passant par les familles qui assistent à un match des Eagles et les retraités. Ils se pressent au bar, revivant les jours de gloire. D’une manière générale, McGillin’s devient progressivement plus bruyant, plus animé et plus jeune au fil de la nuit.

Site, reservation et itinéraire : plus d’infos

Graffiti Bar

Votre mère vous a peut-être appris à éviter les longues et sombres ruelles, mais, parole de scout, celle-ci mène à un endroit sûr (quoique peut-être moins pour votre foie). Juste à côté de la 13e rue animée de Midtown Village, le Graffiti Bar se trouve derrière le Sampan, le restaurant asiatique très prisé du restaurateur Michael Schulson. (Bonus : le restaurant, avec ses ailes de poulet kung pao et ses boulettes d’edamame, sert également le bar).

L’établissement s’ouvre sur un patio en plein air de 30 places, où une peinture murale de trois étages, commandée par l’artiste local Ali M Williams, sert de toile de fond. Le comptoir et deux tables communes rectangulaires sont également décorés de graffitis.

Les boissons proposées sont essentiellement des classiques revisités d’inspiration asiatique, comme le Ming Mule (vodka, litchi, menthe et gingembre) et le Hashi Old Fashioned (rhum Applejack, bourbon et caramel fumé), mais nous sommes également fans des Scorpion Bowls à partager (lire : grandes) à base de tequila, de vodka ou de whisky.

Site, reservation et itinéraire : plus d’infos

Philadelphia Distilling

L’actuelle itération de Fishtown de Philadelphia Distilling est bien loin de son poste d’origine dans un parc industriel du nord-est de Philadelphie.

Après avoir passé 12 ans dans un espace réservé à la production, les propriétaires ont finalement reçu l’autorisation de transformer une fonderie de métal des années 1950 en un lieu polyvalent, qui comprend désormais un bar/salon, des installations de production et d’embouteillage, et un espace événementiel au dernier étage.

Quel que soit l’endroit où l’on se trouve, l’accent est presque toujours mis sur le gin lui-même, dont la distillerie produit deux variétés de Bluecoat – le Barrel Finished et l’American Dry – et le programme de cocktails s’efforce de proposer des variations saisonnières de ces deux variétés. Vous verrez également apparaître la vodka 1681, la vodka infusée Old Bay, appelée The Bay, et l’absinthe Vieux Carré.

Chaque boisson est soigneusement élaborée pour mettre en valeur le spiritueux et est complétée par des amers, des macérations et autres produits maison. Le menu se concentre sur les petites assiettes de saison, parfaitement proportionnées pour être partagées. Les choux de Bruxelles croustillants, trempés dans du vinaigre balsamique et garnis de morceaux de bacon, sont les meilleurs que nous ayons mangés à Philadelphie. À noter également : les sliders aux céréales épuisées, le steak-frites et les pierogis avec des rondelles d’oignon croustillantes.

Enfin, le restaurant se trouve à proximité du Punch Line Philly, un club de comédie, et du Fillmore, une salle de concert populaire, ce qui en fait un arrêt idéal pour des cocktails avant ou après un spectacle.

Site, reservation et itinéraire : plus d’infos

The Thirsty Soul

Appelez cela une inspiration divine : La motivation derrière le thème de l’église au Thirsty Soul de West Passyunk est venue lorsque le mixologue en chef Billy Hines, lors d’un vol entre la Nouvelle-Orléans et Philadelphie, a remarqué comment la lumière du plafond reflétait brillamment le motif d’un verre à boire sur la tablette.

Il s’est dit : “Et si on faisait la même chose avec un plateau de bar, éclairé par en dessous ?”. Et voilà, c’est exactement ce que vous trouverez ici (bien qu’avec des panneaux de vitrail). L’équipe s’est inspirée de l’élément de décor traditionnellement religieux pour créer une salle de bar avec des sièges de style bancs d’église, une cabine de confession et un trône digne du pape.

Naturellement, la liste des cocktails s’inspire de ce thème et est divisée en deux sections : Ancien Testament et Nouveau Testament. La première comprend des classiques, comme le Sazerac et le Old Fashioned, tandis que la seconde se concentre sur les spécialités de la maison, comme le Saint, fait avec du bourbon à l’érable infusé, de l’Aperol, du Domaine de Canton et de la poire.

Si vous êtes intéressé par un peu de divertissement, le programme de musique live couvre de nombreux genres, du blues au jazz en passant par le swing, le funk et la country, dans la Red Room, un espace confortable avec une cheminée et une ambiance de bordel (préparez-vous à beaucoup de velours rouge).

Site, reservation et itinéraire : plus d’infos

Friday Saturday Sunday

Imaginez votre restaurant de quartier préféré. Maintenant, multipliez son facteur de beauté par 10 et vous obtenez Vendredi Samedi Dimanche. Ce minuscule bar et restaurant, juste à côté de Rittenhouse Square, est le genre de joyau caché dont rêve tout citadin : Une seule pièce longue et étroite avec un bar en marbre surdimensionné, un éclairage parfait et une liste de cocktails en constante rotation qui permet de garder le souvenir de vos visites. Les propriétaires, Chad et Hanna Williams, se vantent également de leur pedigree culinaire – tous deux sont des vétérans des hauts lieux de Jose Garces, El Vez et Alma de Cuba – ce qui garantit que la cuisine du FSS est aussi impressionnante que son programme de bar. Les plats du menu principal, comme le magret de canard rôti affiné à sec et les agnolotti aux patates douces et à la queue de bœuf braisée, tenteront ceux qui ont le ventre vide.

Site, reservation et itinéraire : plus d’infos

Johnny Brenda’s

Situé à l’angle des avenues Frankford et East Girard, Johnny Brenda’s est un point d’ancrage dans le quartier désormais florissant de Fishtown. La façade en brique usée donne à l’endroit un aspect usé et usé par le temps qui s’étend à l’intérieur (qui n’a probablement pas été peint depuis des décennies), mais c’est ce cran inébranlable qui rend Johnny Brenda’s typiquement philadelphien. Ce lieu aux multiples facettes, qui fait office de gastro-pub et de salle de concert à deux niveaux, est étonnamment démocratique : Vous avez autant de chances de voir des familles assises à l’extérieur pour le brunch du dimanche que des amateurs de musique indé qui se déchaînent sur le balcon le samedi soir. Ne sous-estimez pas non plus le choix de boissons : Pour ce qui est de la bière, vous trouverez une liste de 12 robinets à pompe à deux mains en rotation constante, des cocktails à base de spiritueux provenant de distilleries locales comme Philadelphia Distilling et Art in the Age, ainsi qu’un système de distribution de vin ultramoderne qui sert huit vins à la pression.

Site, reservation et itinéraire : plus d’infos

Ranstead Room

Marchez jusqu’à mi-chemin de la ruelle indéfinie qu’est Ranstead Street, en gardant les yeux ouverts pour repérer le double logo “RR” sur une porte noire. En entrant, vous trouverez une petite antichambre, où une hôtesse contrôle soigneusement l’entrée selon la politique du “one in, one out”. Si vous avez la chance d’obtenir une place dans cet établissement vétéran de Stephen Starr, on vous guidera vers une banquette en cuir ou un tabouret de bar imprimé alligator dans la salle de bar presque noire, et on vous remettra une liste de cocktails très ciblée : On vous remettra une liste de cocktails très ciblée : des classiques à base d’alcool (Old Fashioned, Manhattan) et des mélanges saisonniers amusants comme Pinky & the Drank, un mélange hivernal de cognac, sloe gin, madère, citron et mûre, ainsi qu’une liste de vins et de bières soigneusement éditée – un seul mousseux, un seul blanc et un seul rouge, plus trois bières pression et quatre bières en bouteille. Vous ne serez pas déçu par les barmans, qui considèrent leur travail comme une forme d’art. Si vous avez besoin d’une recommandation, ils connaissent le menu sur le bout des doigts ; sinon, donnez quelques mots clés et ils se feront un plaisir de vous préparer un choix de barman.

Site, reservation et itinéraire : plus d’infos

Frankford Hall

Vous entendrez le son des verres qui s’entrechoquent et des rires joyeux avant même de franchir les doubles portes en fer et en verre du Frankford Hall. Un air de jovialité indéniable vous accueille dès que vous vous promenez dans le bar de style biergarten, avec ping-pong, jeu de palets et tables de pique-nique. Un large éventail d’habitants du quartier – des jeunes gens pétillants d’une vingtaine d’années descendant des pintes d’un litre aux jeunes familles avec des bébés faisant la sieste – sirotent joyeusement leurs chopes. Puisqu’il s’agit d’un biergarten, les boissons sont de type brassé. Lors d’une récente visite, il y avait 11 bières allemandes, quatre bières artisanales américaines au robinet, quelques bières spéciales, des bières en bouteille, des cocktails à base de bière et quelques rieslings sélectionnés. Absorbez le tout avec un bretzel bavarois chaud : la pâte est acheminée par avion depuis l’Allemagne avant d’être cuite sur place tous les jours.

Site, reservation et itinéraire : plus d’infos

Charlie Was a Sinner

Le thème de la prohibition du Charlie vous frappe immédiatement : Comment pourrait-il en être autrement, avec les murs sombres, l’éclairage tamisé, les lustres suspendus et le comptoir en laiton ? Dans la salle à manger à l’arrière, un appareil de projection projette de vieilles coupures de presse, des photos en noir et blanc et des scènes de films d’époque. Que vous adhériez ou non à l’idée, l’ambiance sombre et la superficie modeste sont romantiques et accueillantes. De plus, le F&B fait des heures supplémentaires pour proposer un menu complet, rempli de gagnants qui déçoivent les carnivores, comme les boulettes de viande sans viande, et des boissons qui, bien qu’un peu théâtrales (oui, ils mettent le feu à des copeaux de bois de pommier dans ce verre), sont à la hauteur de la saveur et de la créativité. Rien n’est jamais sans but : chaque nom de cocktail contient un élément littéraire ou une référence historique qui joue sur le thème de la Prohibition ; les ingrédients proviennent de différentes coopératives agricoles locales pour garantir la qualité et la fraîcheur ; l’engagement envers la cuisine végétalienne s’étend même aux cocktails (le Penicillin, par exemple, incorpore de l’agave au lieu du miel). Si vous le pouvez, essayez de vous asseoir au bar : Mathias Bable, l’un des barmen les plus chevronnés de Charlie, possède de solides compétences en matière de cocktails et la capacité d’engager une conversation qui fera de votre expérience un souvenir inoubliable.

Site, reservation et itinéraire : plus d’infos

Garage Passyunk

Ne vous méprenez pas, l’enseigne indique peut-être “Satellite Auto Body”, mais les bières, les jeux et la foule vous indiquent que vous êtes au bon endroit. Ce bar décontracté est la cinquième affaire de Jason Evenchik, dont l’écurie de bars et de restaurants à succès dans le centre ville et le sud de Philadelphie comprend Vintage, Time, Bar, Tiki, Heritage, et un deuxième emplacement à Fishtown pour Garage, grâce à l’amour local. Ouvrez le classeur – ou le menu – et vous trouverez plus de 300 types de bières différentes, réparties par brasserie et par style, et dont beaucoup sont servies en canettes. Les brasseries artisanales de tout le pays sont représentées, alors n’hésitez pas à comparer les brasseurs de Philadelphie à ceux de Washington, San Diego, Chicago et bien d’autres. Les clients peuvent commander de la nourriture au bar ou apporter leur propre nourriture (conseil : le bar est situé entre Pat’s et Geno’s). Rassemblez vos amis, car il n’y a pas de meilleur endroit que Garage pour passer un après-midi de week-end autour de bières, de bouchées et d’une partie de Skee-Ball.

Site, reservation et itinéraire : plus d’infos

The Franklin Bar

Comme tout bon bar clandestin qui se respecte, aucun panneau ne marque l’entrée du Franklin Bar. (La boîte porte le nom de la Franklin Mortgage & Investment Company, un réseau de trafiquants d’alcool de l’époque de la Prohibition qui opérait autrefois dans cet espace). Laissez-vous guider par la file d’attente à l’extérieur : les videurs prennent leur travail au sérieux, et il existe une politique stricte de ” une entrée, une sortie ” lorsque le bar est plein. Une fois à l’intérieur (après deux étages et un long couloir), ne soyez pas surpris si certains ingrédients du menu ne vous sont pas familiers : Lords of the Night, par exemple, mélange une tequila reposado avec du changunga, du capulin, du cupreata, de l’orgeat, du citron vert, de la cerise et du sal de gusano. Heureusement, les serveurs ont une connaissance quasi encyclopédique de la liste des cocktails (et au-delà), et peuvent vous guider dans vos choix. Ils peuvent même vous suggérer une spécialité hors menu qui figurait sur la liste il y a trois ans, ce qui rend l’expérience ici d’autant plus unique.

Site, reservation et itinéraire : plus d’infos

The International

Lorsque William Reed et Paul Kimport, les propriétaires du Johnny Brenda’s et du Standard Tap, ont ouvert ce bar à deux niveaux dans le quartier de Kensington à Philadelphie au début de l’année, les habitants ont accouru. C’est au moins en partie parce qu’il y a une ambiance pour tout le monde : Le bar du rez-de-chaussée est décontracté, avec des tabourets de bar aux couleurs vives et une cabine de DJ dans le coin pour les concerts nocturnes (et le brunch du dimanche). L’étage, surnommé le Service Bar, est suffisamment chic (murs sombres, éclairage tamisé) pour mettre en valeur les cocktails artisanaux sophistiqués. Mais le programme de cocktails ne se limite pas à la création de boissons inventives : L’International fabrique son propre alcool maison, le Service Bar Rye, en collaboration avec Rowhouse Spirits. Pour le meilleur échantillon, commandez le “At Your Service”, un high ball classique qui l’utilise. En bas, faites le tour du monde avec de la Belgium wild ale, de la lager allemande non filtrée et de la sour ale polonaise, ou restez près de chez vous avec une American IPA de Brooklyn, une ale fermentée à la Brett de Portland, dans le Maine.

Site, reservation et itinéraire : plus d’infos

Laverie Hop Sing

Il faut vraiment avoir envie d’aller à Hop Sing : étant donné qu’il n’y a pas de numéro de téléphone, de site Web ou même de panneau indiquant l’endroit, vous devrez chercher la porte en acier brossé non marquée de Race Street, dans le quartier chinois. Préparez votre carte d’identité pour que le videur la scanne rapidement : Il doit s’assurer que votre nom ne figure pas sur la “liste des interdits”, l’index du bar qui compte près de 3 000 clients “qui ne sont plus les bienvenus”, qui ont soit ignoré les règles (pas de téléphones, pas de chapeaux), soit donné de mauvais pourboires. Une fois à l’intérieur, vous serez assis dans une salle spacieuse, haute de plafond, éclairée à la bougie et dont le plâtre s’écaille avec art sur les murs, où l’expérience commencera à se déployer. Non seulement Hop Sing se vante d’avoir l’une des plus grandes sélections de spiritueux du pays, mais ses cocktails méticuleusement élaborés ne sont pas des mélanges ordinaires ; chacun d’entre eux contient des spiritueux de très haute qualité. Le Hop Sing Manhattan, par exemple, ne coûte que 16 $, mais il est préparé avec une bouteille de bourbon Booker’s à 80 $. Vous ne trouverez nulle part ailleurs un tel rapport qualité-prix. L’air d’exclusivité et le respect des règles peuvent rebuter certains amateurs de bars, mais c’est l’un des seuls bars de style speakeasy à Philadelphie qui reste secret, alors profitez-en.

Site, reservation et itinéraire : plus d’infos

Irwin’s

Autrefois un lycée professionnel, le Bok Building abrite aujourd’hui des studios d’artistes, une boutique de produits vintage, un magasin de vélos, un fleuriste, un réparateur de guitares et ce restaurant sicilien branché. La vue, les pâtes et le prix ont fait d’Irwin’s un lieu populaire pour les célébrations et les rendez-vous. Contrairement à la nourriture, les bouteilles ne proviennent pas toutes d’Italie, mais des îles Canaries, d’Espagne et d’Allemagne. La plupart tournent autour de 70 dollars et plusieurs sont disponibles au verre. Pour ceux qui préfèrent les cocktails, essayez le zio ubriaco (ou oncle ivre) à base de gin, d’Aperol et de vermouth sec, ou une option sans alcool à base de café et de tonic au pamplemousse. Parmi les entrées, la caponata a reçu de nombreux éloges à juste titre. En été, elle est composée de tomates, de cacao, de raisins secs dorés, d’aubergines frites et d’un filet de vinaigre. Si les graffitis juxtaposés aux plantes et aux tapis de l’Irwin’s n’impressionneront peut-être pas vos futurs beaux-parents ou votre patron, la nourriture et les vues seront certainement remarquables pour votre rendez-vous.

Site, reservation et itinéraire : plus d’infos