que-visiter-venise-monument-voir

9 choses à faire et à voir absolument lors de votre visite à Venise

Vous visitez Venise le temps d’un week-end ou plus ? Dans cet article, j’ai rassemblé pour vous les meilleures activités que vous devez faire et les choses à voir absolument lors de votre visite à Venise : musées, quartiers, sites touristiques, attractions, monuments et bien d’autres encore…

Dans une ville aussi riche en lieux remarquables que Venise, il peut être difficile de savoir par où commencer. Peut-être le meilleur moyen est-il de se laisser déambuler quelques heures, d’errer dans ses ruelles et ses passages étroits et enchanteurs, en flânant le long des canaux, en découvrant de petits coins secrets. À chaque virage, vous remarquerez quelque chose méritant d’être photographié. Peu importe où cette exploration hasardeuse vous mènera, il est toujours aisé de retrouver son chemin la Piazza San Marco (place Saint-Marc) et le Grand Canal. La plupart des sites remarquables se trouvent de toute façon à proximité de ces deux points de repère.

Le centre de Venise est découpé en six sestieri, quartiers aux identités bien distinctes. San Marco correspond au centre-ville, et est encerclé sur trois de ses côtés par une boucle du Grand Canal. En passant le pont du Rialto, vous arriverez dans le quartier des artisans de San Polo, et de l’autre côté du Grand Canal, au Sud, se trouve l’élégant Dorsoduro, avec ses prestigieux musées d’art et ses places animées. En périphérie s’étendent Santa Croce, le Castello et Cannaregio, où vous pourrez visiter le vieux ghetto juif.

Au-delà des six sestieri, ne résistez pas à l’envie d’embarquer sur un vaporetto qui vous conduira vers les îles : le Lido, Murano, Burano et Torcello. Un peu à l’écart, l’île de San Giorgio Maggiore vaut le détour, pour la vue magnifique sur San Marco et sur le reste de la ville qu’elle vous offrira du haut de son église.

1 La basilique Saint-Marc

Certainement l’édifice religieux le plus célèbre de Venise et l’un des plus reconnaissables du monde entier, la basilique Saint-Marc (Basilica di San Marco) n’était à l’origine que la chapelle privée du Doge, décorée de joyaux de l’art byzantin, partie du butin ramené par les navires vénitiens après la chute de Constantinople, en 1453.

Les faïences dorées qui ornent la façade au-dessus de ses portes ne sont qu’un aperçu de la richesse que vous découvrirez à l’intérieur, où 4240 mètres carrés de mosaïque parent les murs et les dômes. Ces derniers donnent une âme typiquement byzantine à l’intérieur de l’édifice, mais vous y trouverez aussi des trésors venant d’autres périodes de l’histoire, notamment des mosaïques plus tardives, élaborées par le Titien et le Tintoret – noms que vous retrouverez un peu partout dans la ville.

Le magnifique retable doré, la Pala d’Oro, l’un des plus beaux d’Europe, fut commencé par les artistes du début du 12esiècle, et orné de près de 2000 joyaux et autres pierres précieuses des siècles plus tard. Si vous parvenez à détacher vos yeux des immenses dômes de mosaïque et de la multitude d’éclatants autels, à la décoration fastueuse, dirigez votre regard vers le sol, où vous découvrirez un chef-d’œuvre gravé dans le marbre. Prenez aussi le temps d’admirer les reliquaires d’or et les icônes du trésor de la basilique.

2 La place Saint-Marc

La large ouverture que forme la place Saint-Marc, la plus grande de Venise, dans le centre de la ville, paraît presque intime par l’élégante uniformité  qui caractérise l’architecture de trois de ses côtés. Plus que sa grâce architecturale, la Piazza San Marco est considérée, depuis Napoléon, comme le « salon de l’Europe », important lieu de rassemblement, où tout le monde peut venir flâner, boire un café, faire une halte pour discuter, retrouver des amis et autres guides touristiques, ou se contente d’y passer sur le chemin du travail.

Trois côtés de la place sont encadrés par de larges arcades, au-dessous desquelles sont établis boutiques à la mode et cafés dans l’air du temps. Le quatrième côté, ouvert, est occupé par les courbes irrégulières et surprenantes, les volutes, mosaïques et filigranes de pierre de la basilique Saint-Marc. Régnant sur la place, s’érige la haute silhouette de brique du Campanile.  Pour bénéficier d’un magnifique point de vue sur la place, rendez-vous à son sommet, où à celui de la Torre dell’Orologio, où un amusant couple de Maures frappe les heures.

3 Palais des Doges et Pont des Soupirs

Autrefois, les voyageurs se rendant à Venise débarquaient sous la haute façade de cet extraordinaire palais. Ils ne pouvaient alors manquer d’être impressionnés, tant par ses dimensions que par la finesse de son architecture.  Si par hasard ils avaient l’honneur d’y être accueillis par les Doges, leur impression ne pouvait qu’être renforcée. Ils passaient alors la Porta delle Carta, parfaite illustration du gothique vénitien à son apogée, avant de gravir les monumentaux escaliers, Scala dei Giganti et Scala d’Oro, aux voûtes parées d’or, pour être reçus dans ce que beaucoup considèrent comme la plus belle pièce du palais, la Sala del Colegio.

Même les touristes blasés du 21e siècle continuent d’admirer la majesté et la somptueuse décoration du palais. Vous y découvrirez des œuvres de tous les plus grands artistes vénitiens, comme Le Tintoret, dont le Paradis est la plus grande peinture à l’huile du monde.

Les files d’attente pour accéder à ce monument emblématique de Venise peuvent être très longues, mais vous pouvez les éviter en obtenant un billet spécial « coupe-file » comprenant l’entrée ainsi qu’une visite exclusive du palais, dépassant de loin l’expérience de la plupart des visiteurs. En effet, un guide local vous décryptera les œuvres d’art de chacune des éblouissantes salles de l’édifice, puis vous conduira hors des sentiers battus : cette formule permet en effet une traversée du Pont des Soupirs, impossible dans le cadre d’une visite classique, jusqu’aux sombres geôles des Prigioni, prison d’où Casanova a effectué sa célèbre évasion.

4 Le Grand Canal

Balayant le cœur de Venise de larges courbes en S inversé, le Grand Canal peut être vu comme le principal boulevard de la ville, reliant la place Saint-Marc, le pont du Rialto et les points d’entrée dans la cité que sont la gare et le pont la reliant au continent. Sur les flots enjambés par seulement 4 ponts sur une distance de 3,8 kilomètres, de modestes gondoles, les traghetti, vont et viennent à de nombreux endroits.

Les rives du Grand Canal étaient l’adresse idéale de quiconque prétendait exercer une influence sur la Sérénissime. Les palais de toutes les grandes familles s’ouvrent sur les berges du canal, leurs impressionnantes façades de style gothique vénitien ou Renaissance dominent les flots, par lesquels débarquaient leurs visiteurs. Ces immenses demeures – ou du moins leurs façades – sont assez bien conservées de nos jours, et une promenade en vaporettole long du canal est le meilleur moyen de les admirer. Bien entendu, une balade en traditionnelle gondole en début de soirée ravira les plus romantiques.

5 Le pont du Rialto (Ponte di Rialto) et San Polo

Autrefois le seul pont à traverser le Grand Canal, le pont du Rialto marque le lieu d’établissement de la première flotte commerciale de l’île. Bâti en 1588, environ 150 ans après l’effondrement du pont de bois initial, cet arc de pierre soutient deux rues animées, parées de deux rangées de boutiques. En plus de servir de point de passage à mi-chemin de la longueur du canal, le Rialto constitue un point de vue privilégié pour les photographes amateurs, ainsi que pour observer le ballet des navires qui vont et viennent en permanence en-dessous du pont.

L’église Saint-Barthélémy, sur la rive côté San Marco, était le lieu de culte des marchands allemands qui vivaient et travaillaient dans le Fondaco de Tedeschi (la bourse allemande) bordant le canal. Son célèbre retable, représentant un martyre chrétien, a été réalisé par Palma le Jeune.

De l’autre côté du pont du Rialto, vous découvrirez un marché alimentaire très fréquenté, où les Vénitiens et les chefs cuisiniers achètent produits frais et fruits de mer. Dans les rues étroites du quartier de San Polo, au-delà du marché, s’établissent des boutiques d’artisans et des ateliers de fabrication de masques. C’est l’un des meilleurs endroits où faire du shopping à Venise, si vous prévoyez de rapporter des souvenirs traditionnels ! Vous y trouverez aussi des lieux où vous restaurer, un peu plus épargnés des touristes que ceux de San Marco.

6 La Scuola Grande di San Rocco

Cet impressionnant bâtiment de marbre blanc fut construit en 1515 et 1560 pour abriter une société caritative dédiée à Saint-Roch. Peu après son achèvement, le Tintoret a participé à un concours élisant un artiste pour peindre l’un des panneaux centraux du plafond de la Sala dell’Albergo à l’entrée du bâtiment, et a eu l’audace d’y installer son œuvre avant la réunion du jury, provoquant l’irritation de ses concurrents. Plus tard, il a richement décoré les murs et plafonds de l’édifice d’un cycle complet de peintures, considéré comme son chef d’œuvre.

Les premiers tableaux dans la Sala dell’Albergo, datent de 1564 et 1576, et représente Saint-Roch en gloire, le Christ devant Pilate, l’Ecce Homo, et le puis impressionnants de tous, La Crucifixion. Ceux de l’étage supérieur représentent des scènes du Nouveau Testament, peintes entre 1575 et 1581. L’éclairage n’est pas des meilleurs, et les peintures elles-mêmes sont assez sombres, mais vous pourrez tout de même apprécier les innovations du Tintoret dans l’utilisation de l’éclairage, de la lumière et de la couleur. Des miroirs sont fournis pour vous aider à admirer les plafonds sans vous tordre le cou.

Vous trouverez des œuvres supplémentaires du Tintoret dans l’église adjacente de Saint-Roch.

7 Le Ca’ d’Oro

Le délicat filigrane de marbre dessiné par Bartolomeo Bon semble bien trop fin pour être taillé dans de la pierre. Imaginez donc la sensation qu’a pu faire cette façade lorsqu’elle était recouverte de peinture d’or ! Avec la Porte della Carte dans le Palais des Doges, également créée par Bartolomeo Bon, ce palais est considéré comme la plus parfaite illustration du style gothique vénitien.

N’hésitez pas à en admirer l’intérieur, car cet édifice est de nos jours devenu un musée d’art, restauré avec goût afin de faire découvrir à ses visiteurs à la fois les œuvres d’art qu’il abrite, mais aussi un aperçu de la vie des riches vénitiens aux 15e et 16e siècles. Le mécène qui a permis de sauver ce palais de la ruine, le baron Giorgio Franchetti, a fait don de sa collection d’art à l’État en 1922, comprenant notamment des œuvres de Titien, Mantegna, Van Dyck, Tullio Lombardo et du Bernin.

8 Murano et Burano

Aucun voyage à Venise ne saurait s’achever sans embarquer sur un vaporetto pour une promenade sur la lagune vers Murano, où sont implantés les légendaires souffleurs de verre de Venise. Ils ont été installés de force ici au 13e siècle, dans l’espoir de réduire le risque d’incendie que présentaient leurs fours à verre dans le centre de Venise. À moins qu’ils ne l’aient réclamé ? En effet, l’idée était peut-être de conserver à l’abri les secrets de confection de leur art, et ainsi de maintenir le monopole vénitien sur le travail du verre. Ce n’était d’ailleurs pas une affaire de second plan pour la Venise de l’époque. Le Conseil des Dix a d’ailleurs décrété en 1454 que « si un souffleur de verre offre son savoir-faire à une nation étrangère, au détriment de la République, il sera condamné au retour, puis à une peine de prison, afin que son sens du devoir familial puisse le remettre dans le droit chemin ; s’il persiste dans sa désobéissance, des mesures secrètes seront prises pour l’éliminer, où qu’il se trouve ». Il était alors bien plus facile les surveiller, s’ils vivaient sur une île.

Les berges du canal sont aujourd’hui bordées de studios et salles d’expositions en verre, offrant à la vue des visiteurs tous types de marchandises, des bibelots bon marché aux admirables œuvres d’art. À l’intérieur du palais Giustinian, datant du 17e siècle, vous pourrez visiter le Musée du verre, et découvrir une des collectionsde verre vénitien les plus importantes et les plus impressionnantes, de l’époque romaine au 20e siècle.

Cependant, les environs ne sont pas bâtis tout en verre ! La basilique Santi Maria e Donato combine des éléments vénéto-byzantins et du début de l’époque romane, résultat des différentes étapes de construction de l’édifice, s’étalant entre le 7e et le 12e siècle. Observez en particulier les colonnes de marbre grec aux chapiteaux typiquement vénéto-byzantins, le sol en mosaïque du 12e siècle et ses figures animales, et le Saint-Donat qui surplombe le premier autel, sur la gauche. Datant de 1310, c’est le plus ancien exemple de peinture vénitienne. L’église San Pietro Martire, édifiée au 14e siècle, abrite plusieurs chefs-d’œuvre d’art de la Cité des Doges, comme la scène représentant la Vierge avec le doge Agostino Barbarigo, de Giovanni Bellini, ainsi que les figurations de Saint-Jérôme et de Sainte-Agathe couronnée par les anges de Véronèse.

Faites un rapide détour par l’île voisine, Burano, village de pêcheurs aux maisons peintes de couleurs vives, célèbre pour son historique fabrication de dentelle. La Scuola dei Merletti (école de la dentelle) et son petit musée vous aideront à faire la distinction entre les véritables pièces et les répliques bon marché que vous trouverez dans les enseignes touristiques.

9 La collection Peggy Guggenheim

Les collections d’art personnelles de l’héritière Peggy Guggenheim sont abritées au sein de son ancienne demeure, en bordure du Grand Canal, le palais Venier dei Leoni. Bien que la plupart des grands musées d’art d’Italie soient remplis d’œuvres de maîtres du Moyen-Âge et de la Renaissance, celui-ci se concentre sur l’art américain et européen de la première moitié du 20e siècle.

Le bâtiment bas, à l’intérieur immaculé, est un lieu tout à fait adapté à ces œuvres audacieuses, souvent spectaculaires, représentant les écoles cubiste, futuriste, expressionniste, abstraite, surréaliste, et avant-gardiste de la peinture et de la sculpture. La collection permanente comprend des œuvres de Picasso, de Dali, de Braque, de Léger, de Mondrian, de Kandinsky, de Klee, d’Ernst, de Magritte et de Pollock, et de fréquentes expositions temporaires réunissent les travaux d’autres artistes majeurs.

Dans les jardins du musée prennent place les sculptures de Calder, Holser, Caro, Judd et Hepworth.

Adresse : 704 Dorsoduro, Venice

Site officiel : http://www.guggenheim-venice.it

J’espère que cette liste de mes endroits préférés vous donnera quelques idées si vous ne savez pas quoi faire ou voir à Venise. Si vous avez d’autres suggestions de monuments à visiter ou d’itinéraire à faire n’hésitez pas à me le faire savoir dans les commentaires.

 

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *